Bien-être au travail

  Bien-être au travail

Risques psychosociaux

Santé et qualité de vie au travail

La notion de bien-être au travail varie et évolue selon les individus, la place dans l’établissement, mais aussi tous les repères personnels et professionnels. L’âge, la mission, le statut sont autant d’éléments variables qui auront une influence sur la perception du bien-être au travail.

Une analyse spécifique et concrète permet d’objectiver les ressentis individuels et ainsi d’identifier les facteurs déterminant du bien-être au travail. L’accord National Interprofessionnel du 19 juin 2013 sur la santé et qualité de vie au travail, met en avant les objectifs suivants  :

  • « Favoriser l’égalité d’accès à la qualité de vie au travail et à l’égalité professionnelle pour tous es salariés
  • Augmenter la prise de conscience et la compréhension des enjeux de la qualité de vie au travail en terme d’amélioration de la qualité de l’emploi, du bien-être au travail et de la compétitivité de l’entreprise, par les employeurs, les travailleurs et leurs représentants
  • Faire de la qualité de vie au travail, l’objet d’un dialogue social organisé et structurant
  • Fournir aux employeurs et aux salariés et à leurs représentants un cadre qui permette d’identifier les aspects du travail sur lesquels agir, pour améliorer la qualité de vie au travail des salariés au quotidien et l’égalité professionnelle
  • Permettre, par une approche systémique, d’améliorer la qualité de vie au travail et les conditions dans lesquelles les salariés exercent leur travail et donc la performance économique de l’entreprise. »

Conseil-AccompagnementUn diagnostic sur la qualité de vie au travail a pour objet de prendre en compte un certain nombre d’éléments, afin de favoriser la notion du travail bien fait ou du bon travail. Il semble que « la performance d’une entreprise repose à la fois sur des relations collectives constructives et sur une réelle attention portée aux salariés en tant que personnes ».

Une analyse de différents facteurs va permettre de déterminer les forces de l’entreprise mais aussi les axes d’améliorations.

Vont être pris en compte :

  • L’intensité du travail : les rythmes, la polyvalence, l’environnement physique;
  • L’organisation du travail : définition de la mission, identification des moyens mis  à disposition pour la réalisation du travail, analyse des dysfonctionnements et mise en place des actions correctives, démarches d’analyse du travail et d’améliorations organisationnelles, pénibilité, handicap, inter-génération, prévention des risques professionnels;
  • L’autonomie au travail : capacité à décider du déroulement de la mission, responsabilités, capacité à être acteur et moteur dans la réalisation du travail;
  • Les rapports sociaux au travail : coopération, travail participatif, échanges de pratiques, relations collectives, représentations et place du collectif au sein de la structure, soutien hiérarchique et collectif, style de direction et d’animation, reconnaissance du travail bien fait, écoute;
  • Réalisation personnelle :  développement des compétences, formation, sécurité du parcours professionnel;
  • Conciliation entre vie professionnelle et vie privée : horaires de travail, obligations familiales, facilités logistiques : services, transports…

Bien-être au travail, quel objectif ?

L’objectif est de vérifier que l’organisation globale et spécifique favorise de bonnes conditions de travail afin de permettre à chaque salarié de s’épanouir dans sa mission tout en se sentant respecté et entendu dans son identité. La performance de l’entreprise est en grande partie, la conséquence d’un travail bien réalisé, en adéquation avec les attendus économiques. La performance individuelle est la conséquence d’une reconnaissance d’un travail bien fait, en adéquation avec les attentes personnelles et familiales. Il est important de réfléchir aux moyens à mettre en place pour favoriser l’atteinte de ces deux objectifs.